Work in progress

J’aimerais pouvoir dire que l’été 2019 fut « l’été du grand rangement » mais cela donne l’impression d’une tâche accomplie voire terminée. Ce serait faire violence à la vérité qui requiert de dire qu’il y a encore beaucoup à trier, ranger et jeter. Je qualifierais cet exercice de rangement, lancé et entrepris avec enthousiasme cet été, de « work in progress ».

Ce n’est pas non plus l’été de la prise de conscience – j’avais déjà remarqué avant qu’au moment de quitter la maison, je ne trouvais pas mes chaussures, ni mon GSM et encore moins les clés de la voiture ( cette « chasse au trésor » matinale risquait de me faire rater mon train)- mais plutôt l’été du passage à l’action.

Certains meubles, voire certaines pièces de la maison, avaient perdu leur aspect fonctionnel à cause de la quantité d’objets qui les encombraient. Je me suis donc séparée de pas mal d’objets et de meubles dont certains auxquels j’étais attachée mais qui nous empêchaient de respirer. Les meubles qui sont partis ne me manquent pas du tout, au contraire: j’apprécie d’avoir plus d’espace (et de pouvoir plus facilement nettoyer sous les meubles restants).

J’avais l’impression que depuis la naissance de mon deuxième enfant, la maison était devenue trop petite. Bien sûr, le problème n’était pas la taille de la maison en soi mais la quantité d’objets accumulés. Depuis cet été, j’ai entrepris d’en liquider une partie pour que l’espace soit plus vivable. Cela ne sert à rien d’avoir des caisses de livres pour enfants ou de jouets empilés dans le « bureau », il faut que les enfants y aient accès.

Je me rends compte que paradoxalement, en ayant moins ( mais à portée de main ou de regard), nous en profiterons plus. Ces derniers temps, je regarde beaucoup de vlogs minimalistes, notamment scandish.home. C’est là un mode de vie aux antipodes du mien, qui me séduit par son « exotisme » et son étrangeté ( de mon point de vue).

Je possède au moins 3 exemplaires de chaque objet de la vie courante, genre ouvre-boite ou presse-agrumes: l’exemplaire vieillot abandonné par mon père quand il a déménagé, l’exemplaire que j’avais dans mon appartement à Bruxelles avant de racheter la maison et un 3ème exemplaire acheté plus récemment quand je ne trouve aucun des deux précédents. Ce qui n’exclut pas qu’en qu’à de besoin, j’emprunte l’ouvre-boîte de la voisine pour pouvoir faire des pêches au thon…

Un commentaire sur “Work in progress

  1. Bravo, il en faut du courage pour s’attaquer à un tel rangement 👍
    Alors que nous avons dû donner / vendre / jeter la majorité de nos affaires quand nous avons déménagé au Japon il y a 3 ans, on croule à nouveau sous le bazar… moi aussi je vais devoir apprendre à trier au fur et à mesure…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s