Vendre, donner, jeter

Début août, je suis partie quelques jours avec les filles à la mer. Le reste du mois, j’ai fait vacances à la maison. Enfin pas exactement des vacances car j’ai consacré pas mal de temps à trier et ranger.

Ma famille habite dans cette maison depuis le début des années 70′ et personne n’a jamais rien jeté ou presque. Quand mon père est parti vivre en appartement, il n’a emporté que « le nécessaire » . Il m’a vendu la maison en me laissant le contenu en « cadeau ». Cela allait de mes bricolages de l’école maternelle à un arrosoir sans embout en passant par des souvenirs de vacances des années 80′.

J’ai aussi hérité des penderies de ma grand-mère et des petits meubles chinés par ma mère sur les brocantes. Le tout en bois sombre et vernis, assorti aux portes. Quand je me suis installée dans mon premier appartement à Bruxelles, je me suis meublée dans la même veine et j’ai ramené tous ces meubles dans ma maison qui a fini par ressembler à un dépôt-vente d’antiquaire.

C’est une déco qui ne me ressemble plus et surtout, les meubles ne sont pas fonctionnels. L’armoire de cuisine de ma grand-mère a un siècle et reflète bien l’ambiance de leur intérieur de l’entre deux guerres. Malheureusement les portes sont trop étroites pour y ranger des casseroles et certains plats n’y rentrent que de biais. Mais bon, c’est l’ armoire de ma grande mère…

Il est temps que je m’approprie cette maison (après tout, je la paie sur 20 ans). J’ai finalement mis au grenier les livres de ma mère qui étaient restés sur les tablettes de la cheminée depuis son décès en 1996. J’ai mis des meubles et des objets en vente sur marketplace, notamment le coffre en bois, le grand miroir à bords dorés et les cadres achetés chez l’antiquaire de la place Jourdan.

J’ai beaucoup jeté aussi, soit dans des sacs poubelles, soit directement à la dechetterie. J’ai remisé presque tous mes romans dans des caisses au grenier pour ne plus garder que les dictionnaires sur mes étagères. Je me suis mise à liquider les objets de puériculture d’Elise qui n’est plus un bébé. J’ai vendu sa poussette Quinny qu’elle n’utilisait plus. Les prochains objets à partir seront son lit cage, son parc (qui sert de rangement) et sa chaise haute dans laquelle elle ne s’assied plus.

J’ai aussi trié la cave mais pas encore entièrement le grenier. A moins de faire le nettoyage par le vide (ce qui n’aurait peut-être pas été une mauvaise idée), on ne range pas en 3 semaines le bric à brac accumulé pendant plus de 40 ans par ses parents puis par soi-même.

Au fur et à mesure que l’espace se dégage, je me rends compte que la déco ne me correspond plus. Ma mère s’inspirant du style floral Laura Ashley; la dernière fois que mon père a tapissé, Lady Di vivait encore. Tout est sombre, poussiéreux et daté. Tout à coup, je rêve d’un intérieur IKEA (que je considérais avec condescendance auparavant). En tous cas, il faut rendre la maison plus lumineuse car le manque de lumière à lui seul suffirait à déprimer ses habitants.

Tout à coup, j’ai des idées de rénovation: enlever la fausse poutre du plafond du salon, remplacer les fenêtres à croisillons en verre fumé par des baies vitrées, bannir le linoléum et les carrelages en plastique, mettre une douche et une cuisine équipée… Mais d’abord il faut que je finisse de ranger.

2 commentaires sur “Vendre, donner, jeter

  1. C’est un boulot titanesque que de ranger 40 ans de vie! On entasse très rapidement, j’essaye de faire du tri au fur et à mesure mais c’est parfois difficile de se débarrasser/ vendre/ donner des objets qui ont une histoire! Bon courage!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s