Le deuil dure un an

Il m’a fallu presqu’un an après le décès de mon père pour retomber sur mes pieds. Au cours de cette année, j’ai laissé tomber beaucoup de choses à cause de la fatigue inexpliquée qui m’écrasait, mais sans ressentir de bien être immédiat. Quand Juju était petite, j’avais une bonne relation avec mon père mais les dernières années avant sa mort, ce n’était plus le cas. Je pense qu’après son AVC, il était manipulé par certaines personnes qui prétendaient l’aider mais je n’ai jamais pu le prouver. Il habitait loin de chez moi et j’étais seule avec deux enfants (Lilise était bébé). Quand j’essayais de le conseiller ou d’arranger quelque chose pour lui, il se mettait dans une colère noire, comme si son état de santé était de ma faute. Jusqu’à ce que j’arrête d’essayer. Puis il est mort.
Quelle que soit la relation que l’on a avec un parent, on ne se remet pas de sa disparition d’un claquement de doigts. Je suis encore souvent triste ou fâchée. Mais je me rends compte que je commence à aller mieux parce que je m’ intéresse de nouveau à mes anciens projets. Il y a quelques mois, j’étais encore en pilote automatique, en mode survie. Ces dernières semaines, je recommence à vivre.
Au cours de ces 10 mois de deuil, j’ai pris des décisions parfois stupides ou contre productives et j’ai surtout péché par inertie. Je voyais ce qui n’allait pas mais je ne me sentais pas capable d’y remédier.
Tous mes efforts étaient concentrés sur la nécessité de garder la tête hors de l’eau même si je buvais souvent la tasse. Ma seule « réussite » était de ne pas me noyer et de ne pas abandonner, le tout dans un épuisement perpétuel. Maintenant j’ai (presque) pied et parfois j’aperçois la rive.

Je me dis que faire son deuil dure un an, un cycle complet de 4 saisons. C’est un délai incompressible. Ce n’est pas une question de volonté et il n’existe pas de raccourci.

Pendant cette même année, j’ai aussi dû faire le deuil d’une relation avec quelqu’un que j’aimais. Je suppose que c’est plus facile pour celui qui part et qui refait sa vie que pour la personne qui reste seule avec ses questions.

Mais quelles que soient les choses que j’aurais encore voulu demander à mon père ou à mon maintenant ex-copain, mes questions resteront sans réponse. Le silence est le point commun entre la mort et une rupture définitive.

3 commentaires sur “Le deuil dure un an

  1. C’est un très beau texte, et très émouvant. Malgré ce que tu as traversé, tes filles semblent très épanouies, c’est la preuve que tu as su assurer même si tu ne t’en rendais peut-être pas toujours compte.
    Prends soin de toi, j’espère que la vie te réserve plein de bonnes surprises et pour bientôt !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s