Lilise aux Nations Unies?

Depuis fin octobre, petite Patate a une nouvelle activité: elle apprend le chinois ( mandarin). Vous vous demandez probablement quel est l’intérêt d’apprendre le chinois alors que Patatounette ne parle pas encore le français de façon intelligible. Le but n’est pas qu’elle parle le chinois à deux ans mais qu’elle se familiarise avec la langue pour avoir plus de facilité si elle souhaite l’apprendre plus tard. 

À l’âge de Lilise, on peut encore reproduire des sons qui n’existent pas dans sa langue maternelle; après cette faculté se perd. Quand on apprend une langue étrangère plus tard dans sa vie ( une langue éloignée de son propre système linguistique) c’est beaucoup plus difficile et on ne parvient plus à avoir une prononciation correcte ( j’ai appris le tchèque tard et mal).

J’ai rencontré une étudiante chinoise à l’université où j’étais chargée de cours d’interprétation. Elle y fait un doctorat en linguistique appliquée. Je n’ai pas la moindre idée de ce qu’est la linguistique appliquée, je sais juste qu’il lui’faudra encore quelques années avant d’obtenir son diplôme et en attendant, les cours particuliers sont les bienvenus.

Le cours de chinois de petite Patate dure une heure et est composé de 3 parties:

  • 1. D’abord 20 minutes de comptines et de danse. La prof cherche des chansons en chinois pour enfants sur YouTube. La première fois, la prof m’a demandée de danser avec elles pour encourager Lilise 🙃🙃🙃
Les couleurs 
  • 2. Ensuite 20 minutes d’apprentissage de mots du quotidien, les couleurs, les chiffres… ( le genre de choses que Lilise connaît déjà un peu en français). La prof regarde avec Lilise les livres pour enfants qu’une collègue m’a ramenés de Pékin.
Les livres de Lilise
  • 3. Ensuite la prof prend Lilise à bras et lui montre/ explique des choses dans son studio en chinois: allumer et éteindre la lumière, les ustensiles de cuisine… Elle a téléchargé une application qui imite les touches de piano et explique les notes de musique en chinois à Lilise ( qui adore tapoter sur le clavier). Elle lui enseigne aussi les 4 tons du chinois en se basant sur la musique.

Fréquence des cours: petite Patate va chez sa prof de mandarin environ trois fois par semaine ( les horaires varient), avec moi le weekend et avec sa nounou en semaine, à chaque fois pour un cours de 60 minutes. Au début, j’assistais aux séances mais maintenant que petite Patate est habituée à sa prof, je les laisse seules car ma présence distrait Lilise ( et surtout, je veux éviter qu’on me demande à nouveau de danser 🙃).

Le cours de mandarin de Lilise, tout comme son cours d’anglais, est oral (petite Patate ne gribouille que sur ses jambes), ludique et basé sur la musique ( la musique et la nourriture sont les deux grandes passions de Patatounette). A ce stade, je ne suis pas sûre que Lilise fasse la différence entre ses cours de langues et son activité d’éveil musical. Elle danse et chantonne dans tous les cas. Mais je me dis qu’il en restera toujours quelque chose… peut-être pas le multilinguisme ni la passion des langues, mais au moins la curiosité et l’ouverture d’esprit.

Bien sûr, la curiosité d’un enfant peut se développer de différentes façons, aussi intéressantes les unes que les autres. Si j’étais musicienne, j’encouragerais probablement mes enfants à apprendre un instrument dès leur plus jeune âge. Mais comme je suis interprète, j’essaie de leur donner accès à la diversité linguistique. 

Mon but en initiant Lilise au chinois n’est pas nécessairement de la préparer à une carrière d’interprète aux Nations Unies ( d’ici là les interprètes seront peut-être remplacés par des machines qui se formaliseront moins que nous du mauvais anglais des délégués ) mais de lui faire découvrir de nouvelles choses qui l’intéresseront… ou pas. Mais pour s’intéresser à quelque chose, il faut d’abord savoir que ça existe.

Dans le même esprit, j’encourage sa nounou à lui apprendre des expressions en arabe dialectal. Lilise ne parlera probablement pas le dialecte algérien mais plus tard quand elle ira à l’école dans le Brabant wallon, elle se souviendra qu’il existe d’autres langues, d’autres religions, d’autres univers.  

Actuellement, l’activité préférée de Patatounette, c’est cuisiner avec maman et lécher le fond du plat. Grande Patate est également friande de cet exercice. Je dois presque me fâcher pour qu’il reste assez de pâte dans le moule pour faire un cake. Si elles ne mangent pas toute la pâte, elles pourront peut-être un jour participer au meilleur pâtissier…🙃🙃🙃 voici leurs premières créations: le topping blanc est écoeurant mais pratique pour fixer les pastilles décoratives.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s